Volkswagen T Roc Cabriolet, un pari osé mais crédible

En matière de SUV cabriolet, nous avions eu le Nissan Murano CC et plus récemment le Range Rover Evoque. Si le japonais n’était vraiment pas une réussite technique, l’Evoque plus séduisant a été handicapé par sa capacité de production limitée et en conséquence son prix relativement élevé. Bref leur diffusion est restée confidentielle avec des résultats commerciaux décevants. C’est donc avec une certaine surprise qu’a été accueilli l’annonce de ce nouveau T Roc cabriolet !

Une place à prendre

Faisons confiance au légendaire pragmatisme allemand, le T Roc cabriolet n’est certainement pas là par hasard ! D’ailleurs si on fait une analyse rapide du marché du neuf, le cabriolet 4 places abordable se fait de plus en plus rare. Il y a la Mini cabriolet et… c’est à peu près tout ! Ce marché s’est réduit comme une peau de chagrin ces dernières années. Dernière disparition en date, la Coccinelle Cabriolet que ce nouveau T Roc va s’efforcer de faire oublier.

Mais associer dans un même véhicule, 2 concepts aussi opposés que sont le SUV et le cabriolet, c’est tout de même assez osé ! Cependant à y regarder de plus près, ce n’est pas si inintéressant. En effet, le T Roc Cabriolet est à la fois un SUV qui bénéficie du plaisir de la conduite cheveux au vent et un cabriolet qui profite de la polyvalence et de la position de conduite sécurisante du SUV, 2 éléments aujourd’hui si appréciés. Ce raisonnement ne plaira certainement pas aux puristes ! Pour ma part après un premier réflexe de rejet, je finis par m’y faire !

Le T Roc cabriolet en détails

Regardons donc d’un peu plus près ce T Roc Cabriolet. Sans surprise il repose sur la même plateforme que le SUV T Roc mais en perdant 2 portes au passage, condition quasi-indispensable pour préserver sa rigidité. Pièce maîtresse de ce nouveau cabriolet Volkswagen, la capote triple épaisseur qui se déplie/replie en 9/11 secondes jusqu’à 30 km/h. Pas d’arceau ce qui allège incontestablement la ligne de ce T Roc.

Notons au passage que la découpe de son toit a fait perdre au T Roc 1 place à l’arrière, mais les 2 restantes semblent « normales » pour un cabriolet. Le volume du coffre se trouve quand à lui fortement réduit avec une capacité réduite à 280 litres mais point important, la banquette arrière reste rabattable.

2 moteurs, 2 finitions

Facile de s’y retrouver dans la gamme T Roc Cabriolet. Volkswagen propose 2 motorisations essence avec chacune une finition attitrée. D’abord le 3 cylindres 1 litre TSI 115 ch accouplé à une boîte manuelle 6 vitesses dans une unique finition baptisée Style. Ensuite le 4 cylindres 1,5 litre TSI 150 ch accouplé uniquement pour l’instant à la boîte DSG 7 rapports dans une très séduisante finition R Line. 2 moteurs bien connus dans la gamme mais qui ne seront pas de trop pour entraîner les 1,5 tonnes de l’engin. Les 4 roues motrices ne sont pas au programme.

Un équipement fourni

Comme de plus en plus souvent chez Volkswagen, un équipement de série plutôt fourni. Quand on consulte le configurateur, il y a quelques options sympas plutôt tournées plutôt vers la présentation intérieure et extérieure. Entre autres, 2 belles finitions cuir ou encore un pack black. Attention si on se laisse aller sur ces options, la facture explose vite ! Néanmoins de quoi faire une belle configuration et se faire plaisir ! Certains détails rappellent la feu Coccinelle Cabriolet comme ces jolis sièges en croisillons matelassés.

Le digne successeur ?

Ce T Roc Cabriolet sera-t-il le digne successeur des Golfs et Coccinelles cabriolets ? Un SUV cabriolet, le pari est osé mais réaliste ! Réponse lors des premiers essais et surtout au premier bilan des ventes dans quelques mois !

Commercialisation ce Printemps 2020 à partir de 34600 €.

Laisser un commentaire