Qui a inventé la ceinture de sécurité ?

Comme souvent pour les inventions industrielles majeures, il est impossible d’attribuer l’invention de la ceinture de sécurité à une seule personne. Encore moins de fixer une date de naissance officielle ! Une chose est sûre, la ceinture de sécurité existe depuis quasiment aussi longtemps que l’automobile. Elle a fait l’objet de nombreuses expérimentations et dépôts de brevet au fur et à mesure de l’évolution automobile. Les connaissances et les réglementations en matière de sécurité routière notamment aux Etats Unis et en Europe ont également contribué grandement à son évolution.

De ses origines dans l’aéronautique…

C’est dans l’aéronautique qu’il faut d’abord chercher les origines de la ceinture de sécurité. Le britannique Georges Cayley, considéré comme l’un des pères fondateurs de l’aviation, fait voler en 1849 le premier planeur. Inventeur prolifique, il se préoccupe très vite de la sécurité des pilotes de ses engins volants. Il met ainsi au point le premier harnais. On peut considérer que c’est la première apparition officielle d’un dispositif de retenue dans un engin mobile.

Par la suite, l’aviation a été l’un des domaines majeurs ayant contribué à l’évolution de la ceinture de sécurité. Ainsi en 1911 Benjamin Foulois, général de l’armée américaine, a introduit la ceinture de sécurité sur les sièges d’avion. Citons également le lieutenant-colonel John Paul Stapp, médecin de l’armée américaine. Celui-ci a réalisé dans les années 50 de nombreuses études sur les effets des forces d’accélération et de décélération sur le corps humain. Un dispositif de retenue était bien sûr indispensable. Les résultats de ses expérimentations ont permis de faire évoluer harnais et ceintures de sécurité.

… À son apparition dans l’automobile

A la fin du 19 ème siècle, au fur et à mesure de l’évolution de la vitesse, conducteurs et passagers prennent conscience qu’une automobile peut être dangereuse. Les accidents sont de plus en plus nombreux et les premiers dispositifs de retenue font alors leur apparition. Le 10 Février 1885 un américain nommé Edward J. Claghorn dépose le premier brevet américain d’une ceinture de sécurité automobile. Le brevet n ° 312 085 décrit la ceinture de sécurité comme  » étant conçu pour être appliqué sur la personne et pourvu de crochets et d’autres accessoires pour fixer la personne à un objet fixe. » La préoccupation première de Claghorn est d’en équiper les taxis New Yorkais déjà très empruntés par les touristes à l’époque et de veiller ainsi à leur sécurité.

Illustration du brevet de Edward J. Claghorn

En 1896 lors de la célèbre course automobile Paris-Marseille-Paris, on remarque la présence à bord de certains bolides de dispositifs de retenue. Ceux-ci sont destinés à éviter aux pilotes et mécaniciens d’être éjectés dans les virages !

En 1903, le québécois Gustave Désiré Lebeau sensibilisé à l’augmentation du trafic automobile et aux accidents qui en résulte, dépose un brevet pour des « bretelles protectrices pour voitures automobiles ».

La ceinture de sécurité longtemps considérée comme secondaire voir dangereuse !

Durant toute la première partie du 20 ème siècle, la ceinture de sécurité n’est considérée que comme un accessoire secondaire. Dans les années 50, la pensée collective considère même que la ceinture de sécurité peut constituer un inconvénient majeur en cas d’accident ! On met en avant le fait que l’on peut rester coincé dans le véhicule accidenté, ce qui en cas d’incendie par exemple est critique. Le discours va jusqu’à considérer qu’il vaut mieux pour l’occupant d’être éjecté plutôt que de rester retenu dans le véhicule !

Il faut dire que jusque là, la ceinture de sécurité est imparfaite et plutôt inconfortable. C’est un dispositif de retenue ventral qui ne protège pas des chocs contre les équipements de l’habitacle : volant, tableau de bord, pare brise etc… En cas de choc violent ce type de ceinture dite à 2 points d’ancrage ne protège pas non plus complètement d’une éventuelle éjection du véhicule.

La ceinture de sécurité fait cependant peu à peu son chemin. Ainsi le constructeur automobile américain Nash est l’une des premières marques automobiles au monde à la proposer dans ses voitures dès 1949. Elle est suivi par le constructeur automobile espagnol Pegaso qui la propose en série sur tous ses modèles dès 1954. Ça ne leur a pourtant pas réussi, ces 2 marques ont aujourd’hui disparu ! A vouloir être vertueux…

L’année 1959, Volvo et Nils Bohlin marquent un tournant déterminant

Nils Bohlin et son invention…

La fin des années 50 est une période déterminante pour le développement de la ceinture de sécurité. Dès 1956,Volvo lance l’Amazon. Cette austère berline suédoise est équipée de points d’ancrage dans la carrosserie pour recevoir en option de ceintures de sécurité 2 points.

Mais la vraie révolution a lieu en 1959. L’Amazon devient la première berline au monde équipée de série avec des ceintures de sécurité à 3 points d’ancrage. On doit cette innovation à Nils Bohlin, un ingénieur issu du monde de l’aviation (tiens tiens !), qui avant de rejoindre Volvo avait oeuvré au développement des sièges éjectables. De fait il était donc sensibilisé à la problématique des conséquences des forces générées par une collision. Ce qui lui permit d’en comprendre intimement les principes physico-mécaniques.

Volvo Amazon, première voiture au monde équipée en série de ceinture de sécurité 3 points

En 1955, un brevet de ceinture de sécurité 3 points en Y avait été déposé par Roger W. Griswold et Hugh De Haven. Problème, cette ceinture peut causer des traumatismes au foie et à la rate… Le raisonnement de Nils Bohlin est donc le suivant : la ceinture de sécurité doit permettre une absorption des forces dans les zones adéquates du corps à travers le bassin et la poitrine, là où l’organisme est le plus solide. La ceinture idéale doit donc :

  • Etre dotée d’une sangle abdominale diagonale avec ancrage de la ceinture sur un point d’attache placé bas, sur le côté du siège.
  • Avoir une géométrie formant un « V » pointant vers le sol,
  • Rester fermement en place sous la charge.

A l’heure actuelle toutes les ceintures de sécurité équipant nos voitures, répondent encore et toujours à ces principes. Volvo ayant décidé de laisser le brevet libre de droits (merci à eux !), l’ensemble des constructeurs automobiles ont pu rapidement profité de cette avancée.

D’autres innovations concernant la ceinture de sécurité 3 points ont été apportées. D’abord en 1975, l’enrouleur permettant de l’ajuster parfaitement et automatiquement à la morphologie de son utilisateur. On doit cette invention à Robert Pouget, ingénieur Peugeot. Citons encore plus récemment (fin des années 90) le prétensionneur. Réagissant à différents capteurs du véhicule, la ceinture se tend avant un impact, la rendant ainsi plus efficace.

La ceinture de sécurité, aujourd’hui incontournable

Une fois parfaitement au point, la ceinture de sécurité s’est peu à peu imposée d’abord dans tous les véhicules puis dans les esprits. La plupart des pays développés l’ont aujourd’hui rendue obligatoire. Il apparaît aujourd’hui comme une évidence que la ceinture de sécurité est un dispositif majeur de la sécurité routière ayant sauvé des millions de vies.

Laisser un commentaire