Lotus Eletre, un SUV électrique à Héthel !

Pas de doute le monde automobile est en pleine mutation. Qui aurait pu imaginer il y a seulement 5 ans que le constructeur anglais Lotus chantre du « light is right » commercialiserait un jour un SUV de près de 2 tonnes qui plus est électrique !

Un SUV plutôt qu’un roadster

On aurait plutôt imaginé la première voiture électrique de la firme d’Hétel sous la forme d’un roadster, une sorte d’Elise électrifiée. C’était la solution de facilité et cela aurait incontestablement mieux collé à l’ADN de la marque et en plus contenté ses fidèles ! On entend déjà les plus conservateurs crier au scandale et répéter à l’envi que cette Eletre n’est pas une vraie Lotus.

Certes pour Lotus c’est un bouleversement ! Mais soyons réaliste, Lotus comme toute entreprise se doit d’être rentable et a l’obligation d’adopter une stratégie pragmatique pour survivre. Donc la démarche de miser sur un produit capable de faire potentiellement du volume et de mieux amortir l’investissement lourd (dans tous les sens du terme !) que représente l’électrification est certainement la plus raisonnable.

Souvenons-nous que si Porsche existe encore aujourd’hui (avec une belle gamme sportive !), c’est en grande partie grâce au succès du SUV Cayenne. Il était pourtant très éloigné des produits habituels de la firme de Stuttgart à l’époque. Et si l’histoire se répétait ? Et si cette Eletre était le modèle qui sortira Lotus de la léthargie dans laquelle la firme anglaise est plongée depuis plusieurs années ?

Si l’Eletre a été développé en Angleterre, sa fabrication ne se fera pas aux côtés de l’Emira et de l’Emija à Hétel mais à Wuhan en Chine. Souvenons nous que Lotus appartient au groupe Geely. Et la Chine est clairement aujourd’hui un marché de conquête pour Lotus.

Technologique plutôt que sportif

Le SUV sino-britannique adopte des lignes dynamiques avec une cabine avancée, un empattement long et des porte-à-faux avant et arrière très courts. Les arêtes vives rappellent un peu le style de l’Urus Lamborghini. C’est un grand SUV de plus de 5 mètres de long ! A noter que les clients auront le choix entre une configuration 4 ou 5 places.

A la découverte des caractéristiques de cette Eletre, on découvre un SUV aux performances électriques plutôt convaincantes sans être extraordinaires pour autant. Ainsi le constructeur annonce une puissance de 600 ch avec 2 moteurs, un par essieu. Le 0 à 100 Km/h est effectué en moins de 3 s pour une vitesse maxi de 260 Km/h. En termes de recharge, l’Eletre met le paquet : 350 kW en pic de recharge DC et 22 kW de recharge AC, afin de gagner 400 km d’autonomie en 20 minutes. L’autonomie totale théorique est annoncée pour un peu moins de 600 kilomètres.

L’Eletre se veut très techno avec entre autres des roues arrière directrices, un contrôle actif du roulis, une suspension pneumatique et des capteurs en tout genre dont un Lidar permettant potentiellement une conduite autonome de niveau 4 autorisée en Chine.

L’intérieur n’est pas en reste. Par exemple le tableau de bord est doté d’un bandeau lumineux qui change de couleur pour communiquer avec les occupants, par exemple, si un appel téléphonique est reçu. Plutôt qu’un combiné d’instruments traditionnel, on trouve une mince bande (moins de 30 mm de haut) pour afficher les informations essentielles du véhicule et du trajet. Au milieu se trouve un écran tactile orienté paysage de 15,1 pouces qui se replie automatiquement à plat lorsqu’il n’est pas utilisé. Bien que tout puisse être contrôlé numériquement ou en grande partie via la commande vocale, certaines fonctions clés, comme le chauffage, disposent tout de même d’interrupteurs analogiques.

Big brother s’installe également dans l’Eletre. Ainsi une caméra est implantée dans le tableau de bord pour observer où le conducteur regarde et ajuster ainsi la luminosité de l’écran en conséquence.

Pour les revêtements intérieurs, Lotus utilise du Kvadrat, un matériau durable, sur certains points de contact et un tissu en mélange de laine sur les sièges qui est 50 % plus léger que le cuir traditionnel.

Même si on ne connaît pas encore le tarif de l’Eletre, on peut estimer son prix autour de 120 000 €. Si dans l’absolu le tarif peut paraître élevé, on peut considérer que l’on en a pour son argent compte tenu du haut niveau technologique du produit et de son exclusivité. Reste maintenant à convaincre les potentiels acheteurs d’acheter une Lotus très différentes de l’ADN historique de la marque et fabriquée en Chine.

Toute les images de la Lotus Eletre

Laisser un commentaire