Guide d’achat Smart Roadster, le joujou extra !

Une bouille sympa, un moteur plaisant à la puissance suffisante vu le poids contenu, un comportement de propulsion agile mais permissif, ça ne vous rappelle rien ? Autant d’ingrédients qui ont fait le succès de la Mazda MX5 mais qui peuvent sans problème s’appliquer à la Smart Roadster.

Certes la Smart n’a pas rencontré le même succès. Quand la japonaise en est à sa quatrième génération en 30 ans de carrière et plus d’un million d’exemplaires vendus, l’allemande n’a connu qu’une courte période de commercialisation d’à peine 3 ans pour un peu plus de 40 000 exemplaires vendus.

Malgré de grandes qualités, le succès commercial ne fut donc pas au rendez-vous. La faute en très grande partie à un prix de vente trop élevé à l’époque. Mais son capital sympathie n’a fait que s’accroître avec le temps pour en faire aujourd’hui l’un des roadsters les plus prisés en occasion d’autant plus que les prix sont devenus très raisonnables.

Smart Roadster, 2 variantes de carrosserie

La Smart Roadster existe sous 2 variantes de carrosserie et c’est à l’arrière que ça se passe. La première baptisée simplement Roadster se caractérise par sa malle arrière plate. La deuxième baptisée Roadster coupé est aisément reconnaissable grâce à sa bulle arrière augmentant sensiblement la capacité du coffre. Point important, ces 2 variantes de carrosserie sont toutes les 2 découvrables.

Entre autres originalités, la Smart Roadster est dotée d’une carrosserie composée de panneaux en plastique (body panel) vissé sur une structure en acier baptisée Tridon. En plus de contribuer à la légèreté de l’ensemble, les panneaux en plastique étaient à l’origine prévus pour être facilement démontables afin de changer facilement la couleur de son roadster.

Toit rigide démontable ou capote souple, à vous de choisir !

Le Roadster était livré en série avec une capote souple électrique alors que le Coupé était livré avec un système type Targa, composé de 2 panneaux de toit démontables à ranger dans le coffre. Là ou ça se complique un peu, c’est que le Roadster pouvait avoir en option le toit rigide du coupé alors que le coupé pouvait être équipé de la capote souple ! Penchons nous un peu sur ces deux systèmes qui mérite quelques précisions.

La capote souple est entièrement escamotable électriquement dans un logement situé derrière les sièges. Elle est guidée par deux montants longitudinaux amovibles. Si on laisse ces montants en place, cela permet de capoter ou décapoter en roulant à n’importe quelle vitesse comme pour un toit ouvrant. Mais les montants peuvent être retirés et placés dans le coffre avant pour augmenter la sensation de rouler au grand air.

Le système de toit rigide démontable est lui composé de 2 panneaux démontables à ranger dans le coffre avant. Avec ce toit, il n’y a pas de montant latéraux.

Un 3 cylindres sinon rien !

La Smart Roadster est équipée d’un petit moteur 3 cylindres de 698 cm³ turbocompressé et baptisé Suprex monté à l’arrière. Si ce type de moteur à 3 cylindres est aujourd’hui devenu presque un standard pour nos citadines, c’était inédit pour l’époque ! Il se décline en 3 puissances : 62 ch uniquement pour le roadster, 82 ch pour le roadster et le coupé et 100 ch pour la version Brabus.

Tous les essais soulignent le caractère plaisant de ce petit moteur à la sonorité rappelant à certains le Flat 6 Porsche, rien que ça ! Si la puissance de 62 ch ne vous autoriseront qu’une conduite tranquille, en revanche les 82 ch se montrent suffisant pour propulser les 800 kilos de la Smart quand les 100 ch se montrent carrément plaisants.

Malheureusement ce bilan mécanique flatteur est gâché par une transmission automatique 6 rapports perfectible, seule boîte disponible, unanimement jugée trop lente. Pour info, il existe des possibilités de reprogrammation pour atténuer son caractère lymphatique.

Bon à savoir avant d’acheter une Smart Roadster

Malgré la tutelle technique de Mercedes, Smart est une marque jeune à l’époque. En conséquence la Smart Roadster n’est pas exempte d’approximations en terme de construction, phénomène que l’on retrouve plutôt habituellement sur des marques artisanales comme Caterham ou Morgan.

Même si pas mal de ces défauts ont été corrigé au fil du temps, il faut tout de même être vigilant au moment de l’achat. Petit passage en revue des points particuliers à vérifier.

Etanchéité C’est le gros point noir de la Smart Roadster qu’elle soit en capote souple ou en panneaux amovibles. En cas de pluie, les infiltrations d’eau sont fréquentes. Les joints d’origine manque d’efficacité, ils ont d’ailleurs été redessinés par la suite. Mais avec le temps il sèche et sont souvent à remplacer.

Moteur et boîte Le petit 3 cylindres peut avoir été fortement sollicité. Il est important de bien vérifier sa santé et voir si l’entretien a été fait régulièrement, notamment les vidanges. Il a besoin d’huile fraîche tous les 10000 kilomètres. La boîte en elle même ne semble pas souffrir de faiblesses particulières mais un actuateur d’embrayage fatigué peut parfois contrarier le passage des rapports.

Habitacle Si l’intérieur est habillé de plastiques peu flatteurs, il vieillissent finalement pas si mal. Comme il s’agit d’un cabriolet à l’étanchéité parfois aléatoire, vérifier quand même les éventuelles traces d’humidité.

Electronique Certains voyants peuvent parfois s’allumer de façon aléatoire. C’est une peu le point faible des voitures de cette époque.

Si la fiabilité de la Smart Roadster n’est donc pas exempte de critiques, elle n’est au final pas non plus dramatique. La simplicité de sa conception permet d’envisager un entretien maison. Sa légèreté préserve les trains roulants d’une usure précoce. Attention cependant au prix des pièces détachées au « standard » Mercedes…

Les spécialistes Smart

Mise à part le réseau officiel, il existe de nombreux spécialistes Smart indépendants pour faire entretenir son roadster ou trouver une occasion. Malheureusement ceux-ci sont très concentrés sur Paris, désolé pour les provinciaux. Parmi eux :

Smartland

Garage Mars

Attitude Smart

Pour en savoir plus

L’excellentissime chaîne POA (je ne le dirai jamais assez !) a consacré récemment 2 reportages très intéressants à la Smart Roadster.

Vidéo 1

Vidéo 2

Smart Roadster en images

Laisser un commentaire