Guide d’achat Peugeot 206 CC, le plaisir raisonnable

Si vous cherchez un cabriolet plaisant, raisonnable et utilisable au quotidien, la Peugeot 206 CC doit occuper une place de choix dans votre wishlist. Voici donc tout ce qu’il faut savoir (ou presque !) sur le coupé cabriolet emblématique des années 2000.

Le concept de Coupé Cabriolet, né dans les années 30

Un coupé et un cabriolet dans une même voiture, voilà un concept génial qui renaît au début des années 2000. On peut parler de renaissance car le concept du toit rigide rétractable n’est pas une nouveauté. En effet c’est au début des années 30 que le premier coupé cabriolet fait ses premiers tours de roue.

On doit cette invention géniale à un jeune dentiste nommé Georges Paulin qui dessine des carrosseries pendant ses heures de loisirs ! Visiblement lassé du manque d’étanchéité de son cabriolet, il lui vient cette idée géniale et un peu folle d’un toit en dur rétractable. 

Peugeot 402 Eclipse

C’est avec le carrossier Marcel Pourtout et le concessionnaire Peugeot Emile Darl’Mart que le premier coupé cabriolet prend forme sur la base d’une Peugeot 301 baptisée Eclipse. D’autres modèles suivront sur la base des Peugeot 401, 402 et 601 mais leur diffusion restera confidentielle. Jusqu’à une centaine d’exemplaires tout au plus pour chacun de ces modèles.

Peugeot 206 CC, premier coupé cabriolet « démocratique »

C’est Mercedes en 1996 qui remet le coupé cabriolet au goût du jour avec l’élitiste SLK. Mais c’est véritablement Peugeot et sa 206 CC  qui a véritablement relancé et popularisé le concept. Il faut ici souligner le rôle prépondérant du carrossier Heuliez, véritable concepteur du toit rétractable de la 206 CC et qui a proposé cette idée à Peugeot.

Heuliez a d’ailleurs fourni à Peugeot l’ensemble du toit rétractable, fabriqué dans son usine de Cerizay tout au long de la production du modèle.

C’est d’abord sous la forme d’un concept car baptisé 20coeur que la 206 CC est présentée au salon de Genève en 1998. Face à l’engouement suscité, la commercialisation est décidée et la version définitive est présentée en Octobre 2000 au salon de Paris. La Peugeot 206 berline lancée 2 ans plus tôt est déjà un succès commercial.

La version cabriolet profite de cette dynamique et l’engouement pour la CC est immédiat. A tel point qu’en début de commercialisation, il fallait attendre 9 mois pour être livré !

Peugeot 206 CC, les raisons d’un succès

– Une ligne réussie 

Si l’on doit à Gérard Welter le design de la 206 berline c’est Murat Günak qui s’attelle au dessin de la version coupé cabriolet. Il avait auparavant contribué au dessin de la Mercedes SLK, tiens tiens !

Le moins que l’on puisse dire est que la ligne de cette 206 CC fait l’unanimité. L’intégration du toit rétractable est parfaitement réussi. La petite taille du toit a bien aidée et n’a pas nécessité d’allonger la partie arrière comme c’est malheureusement souvent le cas sur de nombreux coupé cabriolets.

En contre partie le pare brise remonte très en arrière, ce qui peut poser quelques problèmes au très grand gabarit.

– Un comportement routier dynamique

Nous sommes chez Peugeot donc le châssis comme d’habitude est de haute tenue. Malgré le surpoids inévitable du toit rétractable et des renforts de carrosserie (environ 100 kg), le comportement de la 206 CC est plaisant., Même s’il n’a pas la précision de la berline, il reste vif et équilibré comme toute Peugeot qui se respecte !


Des moteurs à la hauteur

Si la 206 CC n’est pas une sportive, elle n’est pas pour autant sous motorisée. 3 moteurs ont équipé la 206 CC. D’abord deux moteurs essence puis un diesel à partir de 2005. Ce dernier est un 1,6 litre HDI d’une puissance de 110 ch, coupleux mais bruyant. On lui préfèrera le 1,6 litre de 110 ch ou mieux encore le 2 litres 16V de 136 ch qui sans faire preuve d’un caractère extraordinaire fait le job et est quand même plus adapté à un cabriolet.

A noter qu’une version avec boîte automatique était proposée, uniquement avec la motorisation 1,6 litre de 110 ch.

Un coût « raisonnable »

A son lancement, la 206 CC est proposée à un prix compétitif, 108 000 F soit environ 21 250 € actuels. Ce prix contenu tient en grande partie au fait que la 206 CC est montée sur la même chaîne de production que la berline dans l’usine Peugeot de Mulhouse. Seul le toit est fabriqué à l’extérieur chez Heuliez.

Ce prix compétitif se répercute en occasion. Comptez en moyenne actuellement 5000 euros pour un modèle en état « standard » et jusqu’à environ 9000 euros pour un bel exemplaire de la très prisée série spéciale Roland Garros avec peu de kilomètres. Une cote très raisonnable pour une voiture plaisir !

Concernant les coûts d’entretien, l’atout de cette petite voiture plaisir est d’être basée sur une berline de très grande série. Donc prix des pièces et des interventions sans mauvaises surprises à attendre, d’autant plus que le modèle se montre plutôt fiable.

– Un futur collector

A noter que la cote est clairement au creux de la vague. Une fois les trop nombreux exemplaires « tunés » ou mal entretenus retirés de la circulation, il ne fait aucun doute que la cote de la 206 CC remontera. A coup sûr un futur collector !

Peugeot 206 CC d’occasion, les points à vérifier avant l’achat

Fiable mais pas non plus exempte de défauts. Et comme toute voiture à la cote relativement faible, l’entretien peut avoir été négligé par certains propriétaires, donc méfiance !

Le toit rétractable

C’est bien sûr la pièce maîtresse à vérifier. Les capteurs qui guident la cinématique d’ouverture-fermeture peuvent se montrer capricieux. Si ce problème avait été corrigé rapidement par Peugeot juste après la sortie du modèle, il convient de rester vigilant.

Vérifier également l’étanchéité du toit. Avec le temps, le positionnement du toit en position fermé peut avoir pris du jeu et les joints peuvent être fatigués.

A noter pour les plus anxieux qu’en cas de panne, le toit rétractable peut être manipulé manuellement. Autrement, 25 secondes c’est le temps qu’il vous faudra pour ouvrir ou fermer le toit.

L’électronique

A partir de 2001, Peugeot a introduit le multiplexage sur la CC. Et comme pour la plupart des modèles de la marque, cela s’est fait dans la douleur avec de nombreux bugs électroniques à la clé. S’ils ont pour la plupart été corrigés avec le temps, il convient de rester vigilant surtout sur les millésimes 2001 2002.

La mécanique

Les moteurs se sont montrés plutôt costauds tout au long de la commercialisation du modèle mais ont tout de même été victimes de quelques faiblesses. Le moteur essence 1,6 litre a connu quelques soucis de joint de culasse et de bobines. Sur le 2 litres, le collecteur d’échappement se montre fragile et rend souvent l’âme avant 100 000 kilomètres. S’y ajoute une tendance à la consommation d’huile.

Petite chronologie pour s’y retrouver

Octobre 2000 Commercialisation en france

2001 Adoption du multiplexage (dans la douleur !)

2003 Restylage avec : Nouvelle grille de spoiler façon « nid d’abeilles ». Feux arrière redessinés. Filet de coffre et ESP en série. Gicleur plat.

2005 Version HDI (Une autre époque où le diesel était incontournable même pour un cabriolet !)

2007 Fin de commercialisation après 370 000 exemplaires vendus

Peugeot 206 CC, les séries spéciales

206 CC Quicksilver

Uniquement disponible avec le moteur 1,6 litre, la 206 CC « Quiksilver » est une série spéciale (non limitée) sortie en Avril 2004. Cette série était également disponible sur la berline.

Spécificités extérieures

Une seule couleur gris Aluminium métallisée. Jantes en alliage « Sirocco » 15 pouces. Marquage latéral « Quiksilver ». Pare-brise athermique. Arceaux chromés.

Spécificités intérieures

Sellerie spécifique en tissu « Slatter ». Climatisation à réglage manuel. Surtapis spécifiques. Pack « Sport » (avec boutons d’aérateurs et levier de frein à main en aluminium, pommeau de levier de vitesses, pédalier et seuils de portes en aluminium.)

Options possibles

Climatisation régulée. Chargeur CD (incompatible avec navigation). ESP. Pack « Visibilité bis »: capteurs de pluie et lumière. Jantes en alliage « Ouragan » 16 pouces. Système hi-fi JBL. Système de navigation embarqué monochrome (si pack « Visibilité »).

206 CC Roland garros

Véritable institution de la marque au lion, la série Rolland Garros est déclinée chaque année depuis 1984 sur différents modèles de la gamme. Elle s’est naturellement retrouvée sur la 206 CC. Disponible uniquement ici sur les motorisations essence.

Spécificités extérieures

Disponible en deux couleurs: vert « Tie Break » métallisé (la plus courante) ou gris Cendré métallisé. Boucliers et protections latérales couleur carrosserie. Jantes en alliage « Ouragan » 16 pouces. Logos « Roland Garros ». Rétroviseurs électriques, dégivrants et rabattables. Capteur de pluie et allumage automatique des feux. Echappement avec canule chromée. Bouchon de réservoir aluminium.

Spécificités intérieures

Sièges sport en cuir vert/beige avec monogramme brodé. Volant gainé cuir à trois branches. Climatisation avec régulation automatique. Surtapis AV. Pommeau de levier de vitesses en cuir. Poignées de porte alu. Pédalier et seuil de portes alu. Cerclages chromés des instruments de bord. Filet de coffre.

Options possibles

ESP avec antipatinage. Système de navigation. Changeur CD (incompatible avec navigation).

D’autres séries spéciales ont été commercialisées dans les pays limitrophes (Belgique, Suisse, Allemagne) que l’on peut retrouver en occasion sur notre marché national : 206 CC Black & Silver Edition, 206 CC Exclusive Edition, 206 CC Sport, 206 CC RC Line…

Les versions et équipements jamais commercialisées

On doit à Heuliez concepteur et fabricant du toit de la 206 CC, ces variantes et équipement qui n’ont malheureusement pas été retenus par Peugeot.

206 CC ciel bleu

Reprenant la même cinématique que le toit original, la partie supérieure est ici remplacée par un élément en verre. Idéal pour gagner en luminosité ! Resté à l’état de concept, pour des raisons économiques ou techniques, nul ne le sait…

206 CC Sun Roof

Toujours issu de chez Heuliez qui avait proposé cette fois-ci un toit ouvrant dans le toit rétractable pour profiter du grand air sans avoir à replier le toit. Réel intérêt ? En tout cas resté à l’état de concept.

Le deflectop

Avec deflectop ! (source Heuliez)
Sans deflectop ! (source Heuliez)

Cet accessoire à placer en haut du pare-brise avait été conçu par Heuliez pour limiter considérablement les remous d’air. Ces 2 visuels parlent d’eux même ! Etudié pour la 206 CC, le deflectop n’a jamais été commercialisé.

Pour en savoir plus sur la Peugeot 206 CC

Les sites et forums

Le site génération 206 Pas mal d’infos sur la 206

Le forum 206 CC lovers Un forum bien actif, une source d’informations inépuisable avant et après achat !

Slug Auto Spécialiste en pièces détachées pour Peugeot 206

Les documentations

Voir les brochures de la 206 CC

Peugeot 206 CC en images

Laisser un commentaire