PSM Porsche Stability Management

Le PSM (Porsche Stability Management) est apparu pour la première fois sur la 911 Carrera 4 (996) en 1998. Développé en collaboration avec Bosch, il s'agit d'un système électronique contrôlant principalement la stabilité du véhicule en virage. A partir de 2006 sur la 911 (997) apparaît un PSM évolué qui intervient aussi sur l'efficacité du freinage d'urgence.

A quoi ça sert ?

Lorsque vous prenez un virage notamment à des vitesses assez élevées, il peut se produire un phénomène de survirage (trajectoire trop vers l'intérieur du virage) ou de sousvirage (trajectoire trop à l'extérieur du virage). Les conducteurs de 911 connaissent bien ce phénomène car avec son architecture particulière de propulsion avec un moteur placé en porte à faux arrière, cette dernière est réputée pour avoir naturellement une tendance chronique au survirage. Le PSM est donc chargé de corriger ces phénomènes pour assurer une stabilité optimale au véhicule. Il n'intervient qu'en cas de situation extrème si par exemple vous êtes rentré dans un virage un peu trop rapidement ou si l'adhérence se trouve dégradée par un revêtement très irrégulier ou une route rendue particulièrement glissante par la pluie ou la neige.
Par ailleurs, le PSM sur les dernières générations de la gamme remplit une autre fonction essentielle en optimisant l'efficacité du freinage d'urgence pour raccourcir ainsi la distance de freinage.

Comment ça marche ?

Des capteurs évaluent en permanence le degré de braquage des roues, la vitesse du véhicule, ses accélérations transversales et latérales. Le PSM qui peut être matérialisé par un mini ordinateur va analyser en permanence ces paramètres et les interpréter pour garantir au véhicule une trajectoire idéale. Pour ce faire, il va intervenir en une fraction de seconde sur le système de freinage en étant capable de freiner chaque roue individuellement et remettre le véhicule sur la bonne trajectoire. L'intervention du PSM se matérialise par le clignotement du témoin de contrôle au tableau de bord.
Lorsque votre Porsche est équipée du pack sport chrono plus, le PSM sait se faire plus discret en intervenant plus tardivement. Il peut également être déconnecté mais il veille cependant toujours au grain en se réenclenchant automatiquement si par exemple il détecte un freinage très appuyé. C'est ce que lui reproche d'ailleurs les conducteurs les plus aguerris qui se sentent bridés par le système lors des sessions circuit.

Pour l'optimisation du freinage d'urgence, le PSM utilise les mêmes capteurs. Par exemple en cas de détection d'un relâchement brusque de l'accélérateur qui peut être interprété comme une situation anormale, le PSM déclenche la fonction de préremplissage du circuit de freinage qui crée une légère pression mettant alors en léger contact plaquettes et disques de frein. Par ailleurs lors d'un freinage très appuyé, le PSM agit directement sur la pompe du circuit hydraulique de freinage en augmentant la pression s'il détecte que l'appui du conducteur sur la pédale de frein est insuffisante.

Vidéo

Une présentation du système d'origine sur la 911 type 996.